Le mot de la Présidente

dimanche 23 octobre 2016
par  Pierrette ROLLAND
popularité : 16%

 L’écoute

Ecouter est peut-être le plus beau cadeau que nous puissions faire à quelqu’un… C’est lui dire : tu es important pour moi, tu es intéressant, je suis heureux que tu sois là.
Ecouter, c’est commencer par se taire… Avez-vous remarqué combien de dialogues sont remplis d’expressions de ce genre : « c’est comme moi quand… ». Bien souvent ce que dit l’autre n’est qu’une occasion de parler de soi.
Ecouter, c’est refuser de penser à la place de l’autre, de lui donner des conseils et même de vouloir le comprendre.
Ecouter, c’est donner à l’autre ce que l’on ne nous a peut-être jamais donné : de l’attention, du temps, une présence affectueuse. Apprendre à écouter l’autre, c’est l’exercice le plus utile que nous puissions faire pour nous libérer de nos détresses…

 Écoute et précédence de la parole

Le verbe « écouter » désigne une réalité qui est inaugurale. Dans notre existence, nous sommes premièrement, avant tout, situés en position d’écoute.
Nous ne commençons pas d’abord par parler, mais par écouter. Notre parole n’est pas première ; elle est en position de « secondarité » dans le sens où elle vient toujours en réponse à ce qui d’abord nous a appelés, et qui donc nous précède.
Dans notre société contemporaine la parole ne manque pas, elle est même
surabondante. Mais qu’en est-il de l’écoute ? Qu’en dit la Bible ?
Qu’en dit la Bible ? « Ecoute Israël » (Dt 6,4) est selon Jésus lui-même le
premier commandement (Mc 12,29). Cet appel incessant de Dieu résonne dans toute la Bible jusqu’à la parole pressante du Père dans l’épisode de la
Transfiguration. « Celui-ci est mon fils bien-aimé, écoutez-le ». En parcourant la
Bible nous prenons conscience que la parole nous précède et qu’il nous faut
consentir à l’écouter : la venue de Jésus est alors ouverture de nos oreilles et de nos capacités d’écoute. Nous apprenons ainsi l’écoute de Dieu, des autres et de soi. Car l’écoute est avant tout hospitalité. « Entende qui a des oreilles… » (Mt 13,9)
D’abord un constat : nous vivons tous aujourd’hui dans une société de l’urgence et du paraître, la dictature de la vitesse, le culte de l’immédiateté, la dictature de l’information très rapidement oubliée, le culte du tout tout de suite. Face à celui qui souffre et qui voit tous les jours que cette société le laisse de côté car, lui, il est âgé, malade, dépendant, et ne peut pas aller plus vite, nous hospitaliers, que devons-nous proposer ? L’écoute, le silence, le respect ; c’est une première démarche : prendre soin du corps, bien sûr mais aussi de l’esprit en respectant celui que nous servons : il est plus grand que ses besoins, il est plus grand que ses souffrances, il est plus grand que le temps qui fuit. Par notre attitude, par notre seule présence, par nos gestes et notre regard, en dire plus à l’âme que tous les mots de la terre. Si nous pouvions écouter, ECOUTER l’autre, ECOUTER le prochain qui a besoin de nous, ECOUTER dans le respect celui qui nous parle de sa vie, de ses moments de courage, de ses heures de désespoir. Ne soyons pas des bavards qui sortent des formules toutes faites, ces formules qui ne veulent rien dire parce qu’elles sont passe-partout !soyons respectueux de la vie du prochain, de ses joies et de ses doutes. L’écoute et le respect sont les premiers devoirs de l’hospitalier qui se met à genoux pour servir car l’écoute, c’est considérer l’autre et prendre attention à sa personne, à son corps, à son intelligence, à sa personnalité, à son âme, à sa vie.
Quand Jésus a lavé les pieds de ses disciples, il n’a pas parlé, il a gardé le silence… mais il a agi. Il a fait le geste de l’esclave qui enlève la poussière et la crasse des pieds salis sur les routes de Palestine. Et ce silence a été parlant puisque saint Jean en a fait l’un des points forts de l’Evangile.
Quand Saint Jean-Paul II était malade, quand il apparaissait dépouillé de ses forces physiques et de sa parole à la fenêtre de son bureau qui domine la place Saint Pierre, c’est dans ces moments qu’il donnait au monde un message encore plus éloquent précisément par sa seule présence, précisément par ses mots inaudibles qui parlaient au cœur et à l’âme de nos contemporains.

 Ecouter avec amitié, c’est pratiquer l’hospitalité.

A nous, hospitaliers d’être respectueux dans l’écoute fraternelle pour laver et soigner ces pauvres qui ont leur corps et leur cœur pleins des poussières de notre monde. Ne remplissons pas la chambre de l’hôpital, de la clinique ou de la maison de retraite par le bruit du monde ambiant, soyons des porteurs de présence aimante en considérant l’Homme ou la Femme qui est là dans la totalité de son être, créé corps et âme, créé chair et esprit à l’image de Dieu.
Accompagnons la personne malade dans la prière et soyons à son écoute de son besoin de prière.
« On entend avec l’oreille, mais on écoute avec le cœur. »
« Donne-moi Seigneur, un cœur qui écoute ! »

 Accompagner avec respect et discrétion.

Cette année, un « service d’écoute » spécifiquement dédié à l’écoute des personnes malades, âgées ou handicapées qui le désirent, pendant le pèlerinage, va être mis en place. Une formation est prévue pour faire progresser ce service. Nous proposons aux pèlerins de l’Accueil, de se retrouver le dimanche 11 septembre entre 14h30 et 17h30 pour un temps d’écoute de leurs souhaits.
Le thème de notre pèlerinage 2016 : « Miséricordieux comme le Père », est assurément en harmonie avec notre mission d’hospitalier.
L’Église a toujours été à l’origine des actions caritatives dans le monde, dans le respect de l’attention permanente que Jésus a porté envers les plus pauvres, les plus fragiles. Se mettre au service des personnes fragiles, malades, handicapées ne s’inscrit pas dans une démarche de charité, mais dans la volonté de chacun d’entre nous pour qu’un acte de justice s’accomplisse.

"Que le pèlerinage stimule notre conversion : en passant la Porte
Sainte, nous nous laisserons embrasser par la Miséricorde de Dieu, et
nous nous engagerons à être miséricordieux envers les autres comme le
Père l’est avec nous". Pape François – Misericordiae vultus, n°14

Je nous souhaite à tous de vivre la Miséricorde avec bonheur, gaieté, et sérénité. Bon pèlerinage à tous.

Pierrette Rolland
Présidente de l’Hospitalité Notre-Dame de Lourdes

Commentaires

Bouton Facebook Bouton Facebook Bouton Contact image Jésus
Bannière denier

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois